pme-header-met-skrifta.jpg

 

Le comptable-fiscaliste agréé

Un partenaire incontournable de l’entreprise

305-05-01Vous êtes entrepreneur en personne physique ou en société ou vous êtes titulaire d’une profession libérale et vous avez besoin d’un comptable-fiscaliste pour des conseils en matière comptable, fiscale et de gestion. Après avoir entrepris vos recherches d’un partenaire, vous fixez votre choix sur un nom. (Jean-Marie Conter, Président de l’IPCF)

Le premier réflexe est de vérifier s’il est agréé par l’I.P.C.F. Pour ce faire, il vous suffit simplement de consulter la liste des membres agréés sur le site internet de l’I.P.C.F. (www.ipcf.be). Si ce n’est pas le cas, il peut également être expert-comptable et donc agréé par l’I.E.C. (Institut des Experts-Comptables et Conseils Fiscaux – www.iec-iab.be). S’il n’est agréé par aucun de ces deux Instituts, et vu que la profession est protégée, vous vous trouvez en présence d’une personne travaillant dans l’illégalité et vous avez tout intérêt à ne pas conclure de contrat avec elle et à signaler ce fait à l’un des Instituts.

Que signifie l’agréation I.P.C.F. ?

Elle représente pour vous une quadruple garantie :

1. le comptable-fiscaliste est soumis à un code de déontologie strict;

2. sa responsabilité civile professionnelle est assurée en cas de faute, de négligence ou d’erreur;

3. c’est un conseiller indépendant n’exerçant aucune activité commerciale;

4. ses connaissances sont maintenues à jour grâce à une obligation de formation permanente annuelle qui est contrôlée par les organes de l’I.P.C.F.

Que fait pour vous le comptable-fiscaliste agréé ?

Ses compétences sont variées et multiples. Il exerce des activités comptables et fiscales, mais sa plus-value consiste en son rôle de conseiller en droit des sociétés, en droit social et en gestion d’entreprises. Il vous conseille au sujet du choix d’une forme juridique de société et vous assiste pour l’élaboration d’un plan financier. Il vous aide lors de l’inscription auprès des administrations et d’une caisse d’assurances sociales. En somme, il vous accompagne tout au long du développement de cette entreprise ou activité, que ce soit lors d’un investissement ou de son expansion jusqu’à sa transmission ou liquidation éventuelle.

Le comptable(-fiscaliste) doit maîtriser au mieux des règles, des techniques et des législations qui évoluent continuellement. Il doit également veiller à la continuité et à la cohérence des informations dont ses clients ont besoin pour progresser. Ce qui explique pourquoi il joue aujourd’hui un rôle essentiel dans la vie économique de l’entreprise.

Le professionnel du chiffre joue un rôle à la fois préventif et pédagogique.

Il relève du devoir du professionnel du chiffre de mettre en garde son client s’il se rend compte que telle ou telle initiative peut entraîner des conséquences dommageables pour l’entreprise et ses travailleurs. Il faut être très attentif à ce que j’appelle des «clignotants d’alerte». Le comptable doit, en collaboration avec son client, les mettre en place au sein de l’entreprise et, au moindre écart, réagir sans tarder pour «corriger le tir». Par exemple : non-paiement de la T.V.A. et de l’O.N.S.S., baisse de la production, baisse du chiffre d’affaires, retard dans les livraisons, retard de paiement des clients,...

En installant des outils préventifs, l’entreprise sera mise à l’abri d’un dysfonctionnement. L’objectif visé est bien entendu d’éviter les difficultés par la prévention.

Le comptable ne doit surtout pas hésiter à expliquer au client les raisons pour lesquelles il agit d’une manière ou d’une autre. Il exerce dans ce cas un rôle pédagogique. La transparence doit être de mise entre le professionnel du chiffre et son client. Pour cela, il est indispensable que le professionnel du chiffre apprenne à son client à lire et à comprendre un bilan et un compte de résultats. Ainsi, lorsque des difficultés seront détectées (rôle préventif), il sera plus aisé au comptable de les décrire et de les expliquer à son client (rôle pédagogique). Il ne sera pas inutile non plus d’apprendre au client à utiliser la technique des tableaux de bord de gestion s’il n’y est pas familiarisé.

305-05-02Jean-Marie Conter, Président de l’IPCF.© Thierry Dauwe

Le tableau de bord peut être considéré comme un outil de pilotage à la disposition d’un responsable ou de son équipe pour prendre des décisions et agir en vue d’atteindre un but qui concourt à la réalisation d’objectifs stratégiques. C’est un outil d’aide à la gestion pour orienter les évolutions et les effets du fonctionnement d’un système, et animer une équipe en développant une réflexion collective dans le but d’utiliser au mieux les ressources.

La lettre de mission est un document conseillé pour préciser les relations entre le comptable-fiscaliste et son client.

Les relations entre le professionnel du chiffre et son client doivent être claires, précises et transparentes. C’est la raison pour laquelle nous recommandons fortement à nos membres de signer une lettre de mission avec leurs clients. Ce document, qui n’est pas une obligation, va fixer par écrit les obligations contractuelles réciproques. Il doit régler au minimum les quatre points suivants :

• l’identification des parties;

• les droits et devoirs réciproques du client et du comptable-fiscaliste agréé;

• les règles d’évaluation des honoraires;

• les délais à respecter (remise de documents, déclarations, …).

Cette lettre de mission peut évidemment être adaptée selon les souhaits spécifiques des deux parties.

Comment le comptable-fiscaliste fixe-t-il ses honoraires ?

Il n’existe pas en la matière de barèmes contraignants. Pour déterminer ses honoraires, le comptable-fiscaliste agréé tient compte de la complexité et du volume de la mission, de ses compétences particulières et des frais généraux inhérents à son activité. Il ne peut pratiquer des honoraires réduits ou élevés injustifiés. Il ne peut de quelque façon que ce soit attribuer ou percevoir des commissions, des courtages ou d’autres avantages en rapport avec ses missions et qui seraient de nature à mettre son indépendance ou sa probité en cause. D’autres critères peuvent entrer en ligne de compte comme la situation financière de son client et la localisation géographique de ses activités (certaines régions sont plus favorisées que d’autres).

Un professionnel du chiffre ne doit pas hésiter à faire appel à des compétences extérieures

Aujourd’hui, lorsqu’il s’agit d’initiatives et d’analyses importantes, des services tels que le marketing, la Recherche et Développement, la gestion des Ressources Humaines, la production ou la vente ont tendance à impliquer spontanément le département financier. De ce fait, le terrain de la comptabilité s’est considérablement étendu, ce qui exige une connaissance d’autres matières, mais aussi une bonne dose de sens des affaires. Aucune personne ne peut se vanter de tout connaître. Aussi, au besoin, le professionnel du chiffre peut faire appel à des spécialistes externes qui devront souvent s’appuyer sur ses connaissances pour pouvoir mener leur mission à bien. Il s’agit d’ailleurs de missions de plus en plus clairement définies.

305-05-03© Shutterstock

Grâce à une formation sans cesse plus poussée et à un regroupement des compétences entre des spécialistes de divers horizons, les professionnels du chiffre se doivent de maîtriser au mieux les techniques de management et les appliquer auprès de leurs clients.

Conclusion

L’intervention du conseiller auprès des entreprises doit se réaliser avec un savoir-faire de praticien expérimenté et non avec un savoir de théoricien. Le comptable-fiscaliste est devenu plus que jamais le partenaire et le conseiller privilégié du chef d’entreprise d’une P.M.E. ou du titulaire d’une profession libérale. Il lui appartient également de défendre ses clients auprès des tiers dans les limites de ses compétences en défendant aussi les options qu’il a conseillées à ces derniers. En cas de contrôle fiscal, il jouera ainsi un rôle primordial dans la préparation de ce dernier et lors de l’entretien avec le contrôleur.

Si ces principes sont respectés et bien maîtrisés par le professionnel du chiffre, il évitera à ses clients d’être confrontés à des difficultés économiques et financières.

Nous vous fixons rendez-vous dans le prochain numéro de PME-KMO pour un article abordant un autre thème.

Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés
Avenue Legrand 45 – 1050 Bruxelles
Tél. : 02/626.03.80 – Fax : 02/626.03.90 adresse courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
site internet : www.ipcf.be.

 
Magazine du mois

magazine-du-mois

le Magazine PMEKMO du mois – Janvier/Février 2014

Toute l'information 100% PME à votre disposition

Consultez – le PDF du sommaire du mois et n'hésitez-pas....

Abonnez-vous à PMEKMO magazine !

upstream-nl

Skrifta Publishing, éditeur des magazines business (PME-KMO Magazine, ECOMagazine, Forum Entreprises) lance un nouveau magazine B2C, Upstream, destiné aux professions libérales intellectuelles du pays. Upstream sera édité bimestriellement à 10.000 exemplaires adressés à 6.000 diplômés universitaires néerlandophones et 4.000 diplômés universitaires francophones. L'édition se veut ludique et propose un clin d'oeil sur notre société, son évolution, ses repères, le tout sur fond d'art, de culture et de dépaysement.

www.upstream-magazine.be/fr

Vous voulez placer une publicité
dans nos éditions PMEKMO?

Cliquez sur 'Publicité' ou sur le logo Bluefeed.

00-bluefeed-logo